De l'Aleph à l'@ > Les Ecritures > Langue Akkadienne

Langue Akkadienne


Plus ancienne des langues sémitiques connues, parlée et écrite en Mésopotamie (aujourd'hui l'Irak) du IIIème au Ier millénaire avant JC. Également appelée Assyro-Babylonien, elle supplanta le Sumérien, qui lui était antérieur mais non apparenté, après que le dirigeant sémite Sargon le Grand, fondateur de la dynastie Akkadienne, qui régna environ de 2335 à 2279 avant JC, eut conquis la région.
Vers 2400 avant JC, l'Akkadien fut d'abord transcrit en écriture cunéiforme empruntée aux Sumériens (écriture Sumérienne), mais ce système ne convenait pas tout à fait au système phonologique de l'Akkadien. Des réformes orthographiques ultérieures, menées surtout sous le règne du roi Babylonien Hammourabi, permirent toutefois de résoudre les plus graves difficultés. La langue, déchiffrée au XIXème siècle, s'écrivait à l'aide de quelque six cents signes représentant des mots ou des syllabes, et comprenait vingt consonnes et huit sons vocaliques. Les verbes possédaient deux temps, le passé et le présent-futur, et les noms pouvaient être du féminin ou du masculin, au singulier, au duel ou au pluriel, et se déclinaient aux cas nominatif, génitif et accusatif.
À l'époque du démembrement de l'Empire Suméro-Akkadien, vers 1950 avant JC, la langue Akkadienne était déjà très largement répandue dans toute la Mésopotamie, et elle était en passe de remplacer le Sumérien comme langue vernaculaire à Sumer (Mésopotamie du Sud). Il semble également qu'elle ait été adoptée comme langue politique et religieuse par les Élamites à l'est, et par les Goutéens, les Lulliens et les Hurrites au nord et au nord-est.
Après 1950 avant JC, la langue Akkadienne se scinda en deux dialectes majeurs, le Babylonien dans le Sud, et l'Assyrien dans le Nord, chacun subissant progressivement un certain nombre de changements. Alors que le Babylonien devint la forme dominante et fut utilisé, même en Assyrie, à des fins littéraires ou, à certaines époques, pour les inscriptions historiques et religieuses, l'Assyrien, en revanche, était réservé à la rédaction des documents économiques et légaux.
On distingue généralement quatre périodes dans l'histoire de la langue Babylonienne : le Babylonien ancien (vers 1950 - vers 1500 avant JC), le Babylonien moyen (vers 1500 - vers 1000 avant JC), le néo-Babylonien (vers 1000 - vers 600 avant JC) et le Babylonien tardif (vers 600 - 75 avant JC).
Pendant la première période, l'usage du Babylonien se répandit dans la majeure partie de la Syrie, comme lingua franca diplomatique et commerciale. Plus tard, après 1500 avant JC, à l'époque des guerres entre les empires rivaux d'Égypte, des Hittites en Asie Mineure, de Babylone et de Mitanni dans le nord et le nord-ouest de la Mésopotamie, le Babylonien moyen servit aux échanges de correspondance diplomatique et à la négociation des traités entre les grandes puissances.
Après 1200 avant JC, les vagues d'invasions successives de tout le territoire de la Syrie et de l'Anatolie par les Peuples de la Mer, Araméens et autres, semblent avoir considérablement ébranlé la cohérence culturelle et linguistique dans les zones occidentales, bien qu'elle demeurât intacte en Mésopotamie proprement dite. Toutefois, après 900 avant JC, lorsque l'expansion de l'Empire Assyrien soumit progressivement les Araméens, la langue Araméenne se substitua peu à peu à l'Assyrien comme langue parlée, même en Assyrie. Entre-temps, des tribus araméophones, dont les Chaldéens, avaient infiltré Babylone et, bien qu'assimilant la culture et la religion Babyloniennes, ils imposèrent progressivement l'araméen à toute une partie de la population. Vers le IVème siècle avant JC, à l'époque d'Alexandre le Grand, le Babylonien avait presque totalement cédé la place à l'araméen en tant que langue vernaculaire, mais subsista en tant que langue juridique, religieuse, littéraire et scientifique, et même pour certains écrits historiques, d'une façon comparable au Latin après la chute de l'Empire Romain. Cette situation prévalut tout au long de la période Hellénistique (323-146 avant JC) jusqu'à la domination Parthe, sous laquelle, au moins dans les villes de Babylone et d'Erech, le Babylonien demeura l'apanage de quelques religieux et des astronomes Chaldéens. Le dernier texte connu en langue Babylonienne est une tablette astronomique provenant de Babylone et datant de 75 après JC.


Exemple
Traduction

When heaven above was not yet named, nor earth below pronounced by name, Apsu, the first one, their begetter and maker Tiamat, who bore them all, had mixed their waters together, but had not formed pastures, nor discovered reed-beds. When yet no gods were manifest, nor names pronounced, nor destinies decreed, then gods were born within them.


Logo de la date de modification 21/05/2010 Logo du nombre de vues 3 609 vues


Bookmark and Share

Logo des actualités

L'actualité liée à cet article est la suivante :

Mésopotamie et Civilisation Sumérienne : Vers 3500 avant notre ère, juste avant que les premières villes de l'Humanité ne fassent leur apparition, la Mésopotamie est une terre désolée et aride... (31/01/2017)


Cliquez ici pour envoyer un messageVous en savez plus !
Si vous avez d'autres informations, des corrections à apporter à cette page, n'hésitez pas !
Cliquez ici, et envoyez moi vos informations.

La page Facebook du site :
Page FaceBook du site De l'Aleph à l'@

La page Twitter du site :
Suivre le site De l'Aleph à l'@ sur Twitter

Recommander le site à un ami :
Recommander le site De l'Aleph à l'@